Presse


Matot Braine

13 Mars 2017
Matot Braine

Les echos

Novembre 2015
Les echos

Terre de vins

Novembre 2015
Terre de vins

Revue des Vins de France

Décembre 2015
Revue des Vins de France

EN MAGNUM

Décembre 2015
EN MAGNUM

Cuisine & Vins

Décembre 2015
Cuisine & Vins

PARIS MATCH

Novembre 2015
PARIS MATCH

SAVEURS

Décembre 2015
SAVEURS

Cuisine Actuelle

Decembre 2015
Cuisine Actuelle

Bulles et Millésimes

Novembre 2015
Bulles et Millésimes

Figaro Magazine Spécial Fêtes

Novembre 2015
Figaro Magazine Spécial Fêtes

VSB

30 octobre 2015
VSB

Cavistes V&SNews

9 octobre 2015
Cavistes V&SNews

Cuisine A&D

Septembre 2015
Cuisine A&D

VINS ET SPIRITUEUX

Décembre 2013
VINS ET SPIRITUEUX

FINE WINE

2013
FINE WINE

GUIDE VERON

2014
GUIDE VERON

SOMMELIERS INTERNATIONAL

Hiver 2013
SOMMELIERS INTERNATIONAL

SOMMELIERS INTERNATIONAL

Mars 2014
SOMMELIERS INTERNATIONAL

Guide Hachette des Vins


SÉLECTION 2013

JOSEPH PERRIER cuvée Royale 2002 Joseph Perrier, fils de négociant, crée son affaire en 1825. Nul n’étant prophète en son pays, c’est à la cour d’Angleterre que ses cuvées recevront le titre de « royales «. La maison est la seule à subsister à Châlons-en-Champagne. Claude Dervin, comme avant lui son père et son grand-père, pilote la production dont 20 % des besoins sont couverts par le vignoble maison (21 ha). La récolte 2002 s’est déroulée sous un franc soleil et des nuits fraîches, conditions favorables à une bonne maturation. Cette cuvée mi-blancs, mi-noirs (pinot noir) en retire un élégant nez de fleurs, d’épices et de fruits mûrs. Si elle n’est pas des plus longues, elle séduit par sa bouche à la fois douce et fraîche. La finale acidulée suggère des accords gourmands avec de fins poissons cuisinés ou des viandes blanches aux groseilles. L’ensemble devrait encore gagner en harmonie au cours des deux à trois prochaines années. Plus discret dans ses arômes d’agrumes et de caramel au beurre salé, le blanc de blancs 2004 (50 à 75€), cité, bénéficie d’une fin de bouche élégante et longue. On le servira dès la sortie du Guide à l’apéritif ou sur des produits de la mer délicats. (NM)

Guide Bettane & Desseauve


VINS DE FRANCE - SÉLECTION 2013

Cette petite maison propose une gamme de haute tenue, dès l’excellent brut non millésimé (Royale) et jusqu’à l’une des cuvées de prestige les plus raffinées de Champagne, Joséphine. L’ensemble est impeccable ! Blanc de Blancs Vintage 2004
Blanc Brut - 2012 à 2018 - 16,5/20
Aristocratique et racé, avec une dimension saline subtilement associée aux notes d’agrumes et de beurre frais. Encore très jeune, beau potentiel. Brut cuvée Royale
Blanc Brut - 2012 à 2014 - 16/20 Brillamment floral, ce champagne aérien séduit par sa finesse, sa plénitude de constitution, et sa longueur délicate.
Cuvée Royale Vintage 2002 Blanc Brut - 2012 à 2017 - 17/20 Gourmand, profond, noisetté, ce champagne charnu et long possède une dimension confortable et noble. Il est aujourd’hui à point. Joséphine 2004
Blanc Brut - 2012 à 2020 - 18/20 Grand fruit, précis et aérien, d’une allonge intense mais très subtile, grand avenir.

Le Point


DÉCEMBRE 2012

Joséphine 2004. Assemblage de pinot noir et de chardonnay, des vins élevés assez longtemps en cave, à Chalons, où la maison possède des caves taillées dans la craie parmi les plus belles de Champaqne. Nez minéral, craie, ananas, bouche minérale, citronnée, très savoureuse. Un vin mûr, fin, épicé, très pur. Le dosage parfait donne envie de passer à table.

So Figaro


DÉCEMBRE 2012

Cuvée Joséphine 2OO4 - Artisanat d’art S’il est une vertu que I’on peut attribuer sans hésitation à cette maison familiale fondée en 1825, c’est bien la fidélité. Fidélité à sa ville natale puisque seul Joseph Perrier continue à faire champagne à part à Châlons. Fidélité aussi au village de Cumières où la marque possède un vignoble de 9 ha. Et fidélité surtout aux méthodes ancestrales d’élaboration, y compris le remuage manuel, symbole d’une conception artisanale du champagne. Cela vaut évidemment pour la rare cuvée Joséphine «, le nec plus ultra de la maison dirigée par Jean-Claude Fourmon; I’actuel descendant de la famille Pithois qui règne sur la marque depuis 1888. Les apparitions de « Joséphine « sont parcimonieuses : sept fois seulement depuis sa première sortie en 1989 avec le millésime 1982. Le 2004 qui fait une apparition remarquée ces jours-ci succède au 2O02. Toujours Iogée dans son flacon décoré à I’or fin, cette bouteille « est passée entre les mains d’une dizaine de personnes «, précise J.-C. Fourmon. Assemblage de Grands et de Premiers crus avec priorité au chardonnay (52 %), dont celui très rare de Cumières, cette cuvée artisanale a vieilli, ultime raffinement, en cuves parcellaires avant de passer six ans en bouteille. Pronostic : la plénitude, ce sera dans dix à quinze ans !

Vins et spiritueux


NOVEMBRE 2012

Née au XIXème siècle, Joséphine, piquante brune aux yeux de braise, séduisit avec une innocence charmante son père, Joseph Perrier, fondateur de la maison éponyme. Conscient que la jeunesse est une friandise, ce négociant, vivant dans les ors et les pompes des cours d’Angleterre et de Russie, dédia à sa fille préférée Joséphine la plus somptueuse des cuvées et la baptisa de son prénom. ll conçut une oeuvre d’art, une bouteille peinte à la main à même le verre et décorée à l’or fin. L’industrialisation naissante fit tomber en désuétude cette inénarrable cuvée considérée comme folie. (Quand en 1980, Jean- Claude Fourmon voulut lancer une tête de cuvée, il pensa à Joséphine et à sa beauté intemporelle et la ressuscita... Dans cette tête de cuvée, ne rentrent que Premiers et Grands Crus et le passage en cave est allongé à sept ans pour obtenir la quintessence... A noter qu’il n’y a eu que cinq millésimes depuis les années 80 : 1982-1985-1989-1990 et 1995.